Lettre ouverte à Agnès Buzyn: Des moyens pour la santé !

Centre-Hospitalier-Cahors@-Architecte-Cardete-Huet-Photo-F.F.Faure-3-e1477398559617-900x470

Après avoir rencontré les personnels soignants des urgences de Cahors, j’ai eu un échange la semaine dernière avec le directeur de l’hôpital. Face aux difficultés et au malaise qui s’instaure dans l’établissement, j’ai décidé suite à cela d’interpeller par courrier la ministre de la santé Agnès Buzyn. Je vous retranscris son contenu ci-dessous.

Madame la ministre,

En ma qualité de Vice-Présidente de la Région Occitanie en charge des services publics et de conseillère régionale du Lot, j’ai récemment été interpellée par le personnel soignant des urgences de l’hôpital de Cahors. Lorsque je les ai rencontrés, ils m’ont fait part des difficultés qui sont les leurs concernant le manque de moyens et d’effectifs qui touchent notre centre hospitalier. Plus particulièrement, ils m’ont interpellé sur la situation des ARM, assistants de régulation médicale, qui, de par leur statut, ne sont pas éligibles à la prime que vous avez récemment accordée à certains personnels soignants.

Suite à cette rencontre, et dans un souci de travail collectif, j’ai tenu à rencontrer le directeur du centre hospitalier afin de faire le point avec lui de la situation. Nous avons convenu que la situation de ces personnels ARM et urgentistes sans droit à la prime a créé un certain malaise au sein du personnel soignant. Il m’a fait part qu’une réponse de votre part est attendue quant à l’évolution de leur statut qui leur permettrait d’avoir droit à la prime, ainsi qu’à l’ensemble de leurs revendications. Je tiens à vous réaffirmer ici le soutien total que je leur apporte, en espérant que vous saurez entendre leurs demandes qui me semble des plus justifiées.

Alors qu’on enregistre 25 000 passages aux urgences de Cahors chaque année, soignants et direction sont d’accord pour dire qu’un désengorgement est possible, à condition de redonner des moyens à la médecine généraliste. Dans les territoires ruraux comme le Lot, le déclin du nombre de médecins généralistes est à déplorer depuis des années. Malgré de nombreuses actions entreprises au titre de l’aménagement du territoire pour faciliter le développement des maisons et centres de santé, par la Région, comme d’autres institutions, nos urgences ne désemplissent pas.

Face à cette situation, il faut donner des moyens à la direction de l’hôpital pour lui permettre d’assumer un service public garantissant l’accès aux soins pour tous.

Concernant le Centre Hospitalier de Cahors, 20 postes restent actuellement non-pourvus par des hospitaliers permanents. Si le Centre Hospitalier a recours à des contractuels et intérimaires pour palier à ce manque, cela ne peut évidemment représenter qu’une solution de court terme. Sur le long terme, il n’y a pas d’autre solution que d’insuffler des moyens et des effectifs afin de permettre le fonctionnement des services dans des conditions optimales. Il en va de la santé de nos concitoyens lotois.

Le directeur nous a présenté les 1ères lignes du Projet d’établissement 2020-2024. Le Centre Hospitalier va faire la demande pour un 2e IRM. Je tiens particulièrement à soutenir cette demande auprès de vous. Le seul IRM que nous possédons actuellement dans le Lot ne permet pas de répondre aux besoins de la population. Nombreux sont les patients qui doivent voyager d’un département à l’autre pour accéder à un IRM, compliquant grandement le parcours de soins.

Vous sachant très sensible à la question de la ruralité, j’espère que vous accorderez un regard bienveillant à ce dossier.

Veuillez croire, Madame la Ministre, à l’expression de nos sentiments les plus sincères.