Budget 2020. Pour un développement solidaire de notre région

Add a heading

Depuis sa création en 2016, la Région Occitanie investit massivement au profit d’un modèle de développement durable et de justice sociale. Nous portons, aux côtés de la présidente Carole Delga le projet d’une Occitanie plus solidaire, qui apporte des réponses concrètes aux besoins des populations, dans tous les territoires, en termes d’offre de logement social, de santé et de lutte contre toutes formes de discriminations ou d’inégalités sociales.

Cela se traduit chaque année par des orientations budgétaires fortes qui concrétisent le budget que porte notre majorité. Cette année encore, concernant les solidarités, les services publics, la vie associative et le logement, il s’agit de continuer à déployer les politiques que nous mettons en oeuvre depuis 2016.

“145 000 ménages restent en attente d’un logement”

Afin de contribuer à un développement solidaire de son territoire, la Région s’est engagée à accompagner la construction de logements sociaux, en lien avec les politiques locales de l’habitat et en écho à l’essor démographique constaté. Ainsi, encore en 2020, 15 millions d’euros d’autorisation de programme sont prévus pour le développement du parc de logement social, étudiants et jeunes travailleurs, ainsi que pour la création et rénovation de logements communaux à vocation sociale.

Malheureusement, plus de 145 000 ménages restent en attente d’un logement sur le territoire régional. L’offre en logements sociaux locatifs est insuffisante alors même que 3 ménages sur 4 d’Occitanie y sont éligibles en raison de leurs revenus, et que la demande continue d’augmenter.

Par ailleurs, les réformes récentes du gouvernement – Loi ELAN, baisse des APL…- confrontent les bailleurs sociaux à de nouvelles difficultés, les forçant à adopter des stratégies d’organisation ne facilitant pas l’accroissement de la production. Dans ces conditions, et comme je l’ai affirmé récemment aux opérateurs, la région poursuivra son soutien à la production qui s’avère désormais d’autant plus nécessaire.

Pour autant, la bataille politique contre le projet du gouvernement de privatiser de notre modèle de logement social est loin d’être terminée. Plus que jamais, il est important de travailler au rassemblement de toutes les forces, politiques, syndicales et associatives afin de créer ensemble une véritable résistance au projet néfaste du gouvernement de liquider nos HLM.

“Profondément attachée au modèle des centres de santé publics”

Depuis 10 ans le nombre de médecins généralistes par habitant ne cesse de diminuer sur notre territoire régional. Il en résulte un accroissement des inégalités territoriales d’offre de soins de premiers recours, et pour de nombreuses zones rurales l’avancée rapide des déserts médicaux.

Je l’ai souvent dit à l’occasion de réunions publiques, le modèle libéral de la médecine générale et son organisation dans les territoires est à bout de souffle. Preuve en est que nous assistons actuellement à une évolution de l’organisation des soins, notamment avec la mise en place des Communautés Professionnelles Territoriales de Santé (CPTS). Celles-ci ont pour but de développer le travail en équipe des professionnels du premiers recours et de soulager l’hôpital en favorisant la prise en charge des consultations sans rendez-vous. Dans ce contexte, la région va continuer, et amplifier, son soutien à l’investissement aux côtés des collectivités pour la création de maisons et centres de santé pluri professionnels.

Je l’ai souvent dit à l’occasion de nombreuses rencontres sur ce sujet, je suis profondément attachée au modèle des centres de santé publics. En tant que structures de santé, les CSP permettent d’apporter plusieurs niveaux de réponse en adéquation avec les besoins du territoire, des populations et des professionnels. Ainsi, la région maintiendra la bonification de ses aides pour les collectivités qui font le choix du centre de santé public.

La jeunesse constitue une priorité régionale et parce que leur santé fait rarement partie des préoccupations des jeunes, la Région poursuivra en 2020 ses actions de prévention auprès des publics jeunes en particulier les plus vulnérables. L’année 2020 sera également la 1ère  année de mise en œuvre du Plan Régional pour un territoire sans perturbateurs endocriniens qui se déclinera en 10 actions concrètes au titre de diverses commissions.

“Lutter contre toute forme de préjugés”

Enfin, la région, animée par le principe de l’égalité des droits pour tous, poursuivra en 2020 ces actions visant à lutter contre toute forme de préjugés en accompagnant à la fois les prises de conscience nécessaires à l’évolution des mentalités et des pratiques, et des projets concrets qui permettent d’améliorer la situation vécue des populations.

Forts du succès de la 1ère journée régionale sur les discriminations que nous avons tenue à Narbonne le 27 novembre dernier, ce sont 1,65 millions d’euros d’autorisations d’engagement qui sont prévus au budget 2020 pour la poursuite de l’appel à projet “Promotion de la citoyenneté, lutte contre les discriminations”, le déploiement du Plan d’Actions Régional Handicap, dont l’appel à projet Handicap, et le soutien à l’opération “Premier Départ en Vacances” qui permet chaque année à des milliers d’enfants d’Occitanie de découvrir les joies d’un séjour de vacances.

Concernant la prise en compte transversale des handicaps dans les politiques régionales, ce sont au total 62,7 M€ d’autorisations d’engagement qui sont prévus en 2020 pour l’ensemble des dispositifs et actions ayant pour objectif de favoriser l’inclusion des personnes en situation de handicap.

“Des points d’accord communs pour construire ensemble”

Pour conclure, ce budget 2020 reflète donc une continuité certaine de nos actions depuis le début du mandat, celle d’une majorité de gauche plurielle qui a su trouver des points d’accord communs pour construire ensemble un véritable projet social et solidaire pour notre région. Alors que le gouvernement, au service du grand capital, ne cesse de s’attaquer à notre modèle social, tous secteurs confondus, qu’il met à mal nos HLM comme notre hôpital public, la Région Occitanie continu par des actes concrets de faire la démonstration que d’autres politiques sont possibles. Dès lors que les forces de gauche sont en capacité de travailler ensemble, elles peuvent proposer une véritable alternative sociale et solidaire face aux projets libéraux.