Aveyron. Stop à la casse des hôpitaux de proximité !

Add a subheading (1)

Soucieux de privatiser nos services de santé, le Président Macron et son gouvernement, à la solde d’intérêts privés, poursuivent le funeste projet de fermeture des hôpitaux de proximité.

Partout en France, les personnels hospitaliers sont en lutte, contre les cadences infernales, contre les heures supplémentaires non récupérées, contre  l’impossibilité de prendre leurs congés. Alors qu’il manque plus de 100 000 emplois dans nos hôpitaux publics, que plus de 300 services d’urgences en France sont en grève, le gouvernement poursuit son objectif de fermer un hôpital sur deux.

La majorité parlementaire vient d’approuver une baisse de 5 milliards d’euros du financement de la protection sociale, et de 800 millions d’euros du budget des hôpitaux. C’est un véritable scandale ! Ce sont nos territoires qui seront les 1ères victimes de ses politiques d’austérité. J’en veux pour preuve la situation dans le Sud-Aveyron. Ce territoire dispose pour sa population, qui n’a pas diminuée, de deux hôpitaux publics de proximité. Il n’y en aura bientôt plus qu’un !

Je tiens à apporter tout mon soutien aux personnels soignants aveyronnais, aux usagers, aux militants syndicaux, politiques ou associatifs, qui entendent bien se battre contre cette destruction de notre service public de santé dans l’Aveyron.

Il est urgent que le gouvernement prenne la mesure de toute la dignité des personnels, de l’aide-soignante à la chef de service, qui mettent entre parenthèses leur vie personnelle pour répondre à l’impératif de la qualité des soins. Ils et elles sont de véritable forces de propositions, mais pour l’heure leurs témoignages ne sont pas pris en compte afin de  refonder une politique de santé publique à la hauteur des besoins de la population dans notre région.

Soyons nombreux, dans l’Aveyron, et par delà, à nous mobiliser pour que l’Etat accepte enfin de définir des financements nouveaux pour l’assurance maladie et le système public de santé, à travers notamment la revalorisation de l’ONDAM, l’ouverture de lits supplémentaires et l’arrêt des restructurations des établissements publics de santé.

Non aux fermetures d’hôpitaux de proximité !