Coronavirus. Associations, logement, solidarités… tous les secteurs sont impactés

Add a heading

La crise sanitaire sans précédent que nous traversons aura un impact considérable sur l’ensemble de l’économie régionale. Elle révèle aussi les limites d’un mode de développement libéral et des politiques d’austérité qui ont frappé durement notre société ces dernières années. 

Le manque scandaleux de moyens pour l’hôpital public et la protection sociale amplifient cette crise, avec le cortège d’hésitations et de contradictions du gouvernement sur la politique à suivre qui font état de l’impréparation de notre pays.

Tous les élus, directions et services de la région sont actuellement mobilisés pour la mise en oeuvre du Plan de Continuité de l’administration. La présidente Carole Delga a d’ors et déjà annoncé une batterie de mesures, notamment pour préserver l’emploi autant que possible. Je tiens à préciser que la plupart des dispositifs en faveur des entreprises sont aussi ouverts aux associations, notamment avec des salariés. Evidemment, il est encore bien trop tôt pour pouvoir préparer la sortie de cette crise majeure, mais un grand nombre de secteurs vont être impactés.

Concernant la vie associative, je suis particulièrement inquiète des nombreuses remontées de terrain qui témoignent de difficultés s’ajoutant à celles qui existaient déjà. Les associations souffrent depuis longtemps des baisses de dotations, du manque d’accompagnement en terme d’emploi, de la diminution constante du nombre de bénévoles et de moyens. Au quotidien, la vie associative est déjà souvent compliquée, mais cette crise va accentuer les problèmes. Pourtant, que ce soit dans le sport, les solidarités concrètes ou la culture, les associations jouent un rôle important quant au lien social qui tisse notre société. Dans bien des cas elles viennent même palier au manque de services publics ! La région et les départements travaillent actuellement sur la création d’un fond de solidarité financière pour les associations. La région y participera à hauteur d’euros.

Dans les prochaines semaines, je serai attentive également au secteur du logement. Pour rappel, plus de 150 000 personnes sont en attente d’un logement dans notre région, les sans-abris se comptent par milliers… Nous n’avons eu de cesse d’alerter sur les politiques du gouvernement qui vont à l’encontre des besoins. Plutôt que chercher à privatiser les hlm, nous devrions chercher à les développer ! La crise aura un double impact. Tout d’abord social, avec des conséquences désastreuses pour nombre de familles. Mais aussi économique avec tout le retard et la disruption qu’entraîne cette crise sur le secteur de la construction.

La région sera aux côtés de tous ses partenaires pour répondre aux problèmes qui vont nous être posés dans les prochains mois. Cependant, viendra aussi le temps de “s’interroger”, comme l’a expliqué le Président de la République à la télévision, sur ces “biens et services qui ne doivent plus être laissés aux lois du marché”. Nous sommes nombreux à le dire depuis des années, que ce soit pour le secteur associatif comme pour le logement, et bien d’autres. Il nous faudra être le plus nombreux possible à le rappeler un fois cette crise passée.