Autonomie. Échanges avec la ministre Bourguignon

À l’occasion de la venue à Cahors de la ministre Brigitte Bourguignon, chargée de l’autonomie. J’ai tenu à l’interpeller sur la situation des EHPADs. Je vous retranscris ci-dessous les mots que je lui ai adressé.

Depuis plusieurs jours, vous félicitez « l’exploit », je cite, des personnels des Ehpad, qui ont réussi la vaccination de plus de 80% des résidents. Effectivement, nous pouvons les féliciter, d’autant plus quand on sait les conditions difficiles dans lesquelles ces personnels sont amenés à travailler.

Il y a deux jours de cela, j’étais en visite en Ariège, sur le retour, à leur invitation, je suis allé rencontrer les personnels de l’EHPAD de Fabas, en grève depuis 40 jour, face à une direction sourde, et tout cela pour demander « seulement » des conditions de travail décentes et une juste revalorisation de leur métier, indispensable comme vous le rappelez. La presse régionale est ponctuée régulièrement d’actions similaires dans les Ehpad de notre région et même du pays. Le manque de moyens, de places et de personnels dédiés à l’autonomie et à nos anciens est un problème dénoncé par les acteurs du secteur depuis des années.

Vous avez annoncé hier le lancement du Service Civique Solidarité Seniors avec la création de 10 000 places de Service Civique pour accompagner les personnes âgées isolées et développer la solidarité intergénérationnelle. Je me permet de vous interpeller sur les doutes et inquiétudes que suscitent de telles annonces parmi les élus locaux, et notamment régionaux que je représente, alors qu’aujourd’hui c’est vraiment d’un plan d’urgence de revalorisation et de renforcement de l’attractivité de la filière sanitaire et médico-sociale, à commencer par les salaires, dont nous avons besoin.

Les services civiques, s’ils sont bien évidement un très bel acte de solidarité inter-générationnelle, ne pourront être une réponse à la crise que connaît le secteur aujourd’hui et laissent une impression de pansement sur une jambe de bois. Vous avez annoncé également récemment un plan d’action pour les métiers de l’autonomie, mais sera-t-il de nature à répondre aux appel à l’aide des milliers de personnels d’Ehpad qui souffrent actuellement ?

Pour conclure, je tiens à rappeler l’injustice du gouvernement concernant l’attribution de la prime à certains soignants et pas à d’autres. Cela relève d’une politique à la& petite sema&une qui amplifie la défiance des citoyens envers l’exécutif dont vous faites partie.