Postiers de Gramat : que fait la puissance publique ?

Un grand nombre de nos concitoyens se désintéresse désormais des affaires publiques. Les taux d’abstention des dernières élections départementales et régionales ont été, encore une fois, de sérieux rappel à l’ordre en la matière. Pourtant que fait la puissance publique pour redonner confiance aux électeurs ?

Les raisons de ce décrochage sont probablement nombreuses, mais je suis certaine que le désengagement des pouvoirs de l’Etat dans nos territoires, ainsi que la destruction de nos services publics, garants de l’égalité, n’aide en rien à résoudre ce problème.

J’ai tenu à le rappeler ce jour à M. le directeur de cabinet du Préfet du Lot que j’ai interpellé récemment quant à la demande de médiation des personnels de La Poste de Gramat. Qu’elle n’a pas été ma surprise de m’entendre dire qu’en définitive la préfecture, même si elle peut effectivement désigner un médiateur pour travailler à résoudre le conflit entre les personnels de La Poste et leur direction, la direction n’a aucune obligation de s’y astreindre.

La direction de la Poste, même si elle est tenue par ses obligations de délégation d’un service public, ne doit finalement de compte qu’aux actionnaires et investisseurs du groupe privé qui détient désormais cette entreprise. Une impuissance avouée du bout des lèvres par la préfecture face aux grands pontes du CAC40 qui ont tout loisirs de laisser pourrir un conflit social et un service public pourtant essentiel pour notre territoire. C’est une véritable honte !

Cette privatisation rampante des services publics orchestrée par ce gouvernement, et ceux qui lui ont précédé, nous fait perdre petit à petit notre souveraineté. Il s’agit désormais d’être le plus nombreux possible aux côtés de ces personnels en attente de perspectives concrètes.


Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par e-mail des nouvelles publications.