Lancement régional de l’Étude Homère sur la déficience visuelle

Le collectif regroupant les associations mobilisées sur la question de la déficience visuelle a organisé aujourd’hui le lancement régional de l’étude nationale Homère*. Au nom de la présidente Carole Delga, j’ai tenu à répondre à cette invitation et participer à cette présentation.

En tant que Vice-Présidente en charge des solidarités, je fais un point d’honneur à travailler avec toutes les bonnes volontés à rendre notre Région plus inclusive et faire de la prise en compte des handicaps un enjeu majeur de toutes nos politiques publiques.

Effectivement, il est très important pour l’avenir de pouvoir disposer de données et de constats étayés concernant les problématiques rencontrées par les personnes déficientes visuelles et leur entourage. Il en est de même pour les ressources de proximité qui peuvent être mobilisées pour gagner en autonomie et vivre au quotidien. Il n’existe pas à ce jour de telles données, à grande échelle, dans notre pays, alors même que la déficience visuelle a un si grand impact sur le parcours de vie.

L’enjeu principal de cette étude Homère est d’obtenir des données fiables et de récolter un ensemble d’informations pertinentes sur le cadre de vie des individus concernés par cette déficience. Ce travail d’enquête vise à saisir leurs difficultés au quotidien pour améliorer les aides et accompagnements actuels, ou en proposer de nouveaux. Il constituera la base d’un futur Observatoire de la déficience visuelle.

Je vous invite à répondre au questionnaire de l’étude via le site Internet : www.etude-homere.org/questionnaire

De manière plus générale, je tiens à rappeler que la Région développe depuis plusieurs années une politique volontariste, transversale et concertée avec les acteurs représentatifs de tous les types de handicap. Cela s’est concrétisée par la mise en œuvre du 1er plan d’actions régional Occitanie 2018 – 2021 pour la prise en compte des handicaps. Ce plan a été construit dans le cadre d’un travail collaboratif et citoyen, associant les équipes de nos services et les associations représentatives rassemblées au sein de l’Instance de Dialogue et de Concertation Handicap d’Occitanie.

Ce plan vise à renforcer les actions en place et à innover pour une véritable approche intégrée de l’inclusion des personnes en situation de handicap. Il est structuré autour de 2 axes majeurs :

  • Agir pour une meilleure inclusion des personnes en situation de handicap au sein des politiques régionales
  • Progresser pour une meilleure prise en compte du handicap dans le fonctionnement de l’institution régionale.

Ce plan d’actions a fait l’objet de bilans annuels 2018, 2019, 2020 que vous pouvez retrouver sur le site de la région en cliquant ici.

A titre d’exemple sur ce dernier point, une des actions de ce plan régional aura été de travailler en concertation pour élaborer un manuel pour une meilleure qualité d’usage des établissements publics neufs recevant du public en région Occitanie. Il permet d’identifier les points essentiels dans l’art de construire, d’indiquer des bonnes pratiques pour une meilleure qualité d’usage des bâtiments publics car malgré leur conformité aux normes accessibilité, ces espaces ne sont pas toujours praticables par tous et toutes. Désormais ce Manuel sera à la fois une pièce constitutive des marchés lancés par la Région, mais aussi un ouvrage incontournable des professionnels prestataires de la Région. Également, nous souhaitons en faire un support pour les organismes de formation qui accompagneront son appropriation.

*Cette étude, lancée depuis février 2021, est portée par un collectif associatif national regroupant la Fédération des Aveugles et Amblyopes de France, l’association Valentin Haüy (AVH), Voir Ensemble, la Fédération Française des Associations de Chiens guides d’aveugles (FFAC), l’Institut National des Jeunes Aveugles (INJA), le Groupement des Associations Partenaires d’Action Sociale (GAPAS), l’Association Nationale des Parents d’Enfants Aveugles (ANPEA), l’Association Départementale des Pupilles de l’Enseignement Public du Rhône et de la Métropole de Lyon (les PEP 69) et Retina France. L’étude bénéficie également du soutien de l’Agefiph, d’Optic 2000, la Cnav, le CCAH et Klésia.