Assises régionales. « Grande pauvreté, inégalités sociales : quels impacts pour les familles et l’école ?

En présence de ma collègue Rachida Lucazeau, conseillère régionale déléguée à la fondation des bénévoles et la vie associative, nous avons accueillit à l’Hôtel de Région de Montpellier les Assises Régionales grande pauvreté, inégalités sociales : quels impacts sur les familles et l’école?

Un livre, support de ces assises, écrit par Choukri Ben Ayed «Grandes pauvretés, inégalités sociales et École» a permis de poser des constats sur l’éducation et la place des enfants et des jeunes au sein des Quartiers Politique de la Ville. Un livre qui indique qu’un enfant sur cinq a des parents pauvres, que les déterminismes sociaux commencent dès la maternelle… en soulignant que pour sortir de cette fatalité, la réponse serait une action publique raisonnée, co-construite avec les associations et les habitant(e)s… L’éducation est LA priorité, donner plus à ceux qui ont moins, en prenant la mesure face des préoccupations, de l’accompagnement à mener, combattre les préjugés qui empêchent la Fraternité de s’exprimer, l’école restant souvent le seul repère pour les familles. Etienne Butzbach, qui a contribué au livre, a dit “Les enfants de pauvres ne sont pas des enfants pauvres. ”Ils sont, comme les autres, dans la capacité de réussir, en soulignant que la question de l’égalité induisait forcément la question de la mixité sociale et seule une volonté politique peut l’instituer. Ces assises ont été riches, constructives, apprenantes sur des constats alarmants, où les Associations présentes ont démontré par leurs actions (en dépit quelquefois de leur découragement, de leur envie de «baisser les bras») qui démontrent un engagement forcené auprès des habitant(e)s et de leurs enfants, avec leur savoir- être et leur savoir-faire. Un combat qui honore ces bénévoles et force notre admiration.

Merci à Najat Bentiri de Pacte 34, cheville ouvrière de ces Assises, Choukri Ben Ayed, Zouina Meddour, Marie-Aleth Grard, Étienne Butzbach pour la tenue de la table ronde, aux associations Le Sel de la Vie, Asad, Canuts Solidarités, La Caravane des Quartiers d’avoir contribué avec leurs constats et leurs expériences.